Comment fonctionne l'assurance trottinette électrique

Sommaire :

  • Comment Circuler en Trottinette Electrique ?
  • Trottinette électrique où rouler ?
  • Attention, votre vitesse est limitée
  • Le port du casque est obligatoire en trottinette électrique ?
  • Code de la route EDPM : de nouvelles réglementations
  • Les équipements obligatoires pour circuler en trottinette électrique
  • Code de la route trottinette électrique : quelles sanctions ?
  • Comment homologuer sa trottinette électrique ?
  • Est-il obligatoire d'assurer une trottinette électrique ?
  • Souscrire une assurance trottinette électrique plus de 25 km/h
  • Quelle assurance pour circuler en Trottinette électrique ?

Voici nos partenaires d'assurance :

Comment Circuler en Trottinette Electrique ?

Trottinette électrique, Monoroue, Hoverboard, Gyropode, Hoverskate, Speed bike, depuis quelques années ces nouveaux moyens de transport ont envahi les grandes villes européennes. Plus économique et écologique, la trottinette électrique est de plus en plus utilisée pour se rendre au travail. Cette effervescence a entrainé une certaine pagaille dans les villes, stationnements anarchiques, vitesses excessives, multiplications des accidents. Elle a mis également mis en évidence un vide juridique sur la circulation des EDPM (engins de déplacement personnel motorisé), anciennement appelés maintenant NVEI (nouveaux véhicules électriques individuels). Alors qui peut conduire une trottinette électrique ? Comment circuler en Trottinette électrique ? Quels sont les équipements obligatoires ? Quelle est la vitesse autorisée ? Faut-il prendre une assurance trottinette électrique ? Tout ce que vous devez savoir sur l’utilisation des trottinettes électriques avec LeChatSur.fr.

Trottinette électrique où rouler ?

Pistes cyclables, routes, trottoirs, pas facile de savoir ou vraiment rouler en trottinette électrique. Si vous envisagez d’acheter ce nouveau moyen de transport urbain, n’hésitez pas à consulter les nouvelles réglementations mises en place par le gouvernement.

Pour circuler, vous devez utiliser les pistes cyclables, s’il n’y en a pas dans votre ville, vous êtes autorisé à rouler sur la route. Les trottoirs sont tolérés dans certaines villes sans dépasser les 6 km/h pour éviter les accidents avec les piétons. Renseignez-vous auprès de votre ville, car les maires ont le droit d’interdire la circulation et le stationnement sur les trottoirs.

Attention, votre vitesse est limitée

Très prisée dans les grandes villes, la trottinette électrique s’impose comme le nouveau moyen de transport des citadins. Sur le marché des trottinettes électrique, il existe plusieurs modèles avec des vitesses différentes pouvant aller jusqu'à 85 km/h. Mais depuis octobre 2019, la circulation en trottinette électrique est encadrée par la loi, n’oubliez pas de respecter la vitesse autorisée sous peine d’amende :

• les routes : la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h ;
• les pistes cyclables : vous devez respecter une vitesse de 25 km/h ;
• les trottoirs, si la mairie l’autorise : la vitesse est limitée à 6 km/h afin de ne pas gêner les piétons

Normalement vous devez rouler sur les voies vertes et les pistes cyclables car l’utilisation de votre EDPM hors agglomération est interdite sur la route. Mais si vous disposez de l’autorisation de la police de la circulation, vous pouvez rouler au maximum à 80 km/h. Sachez également que vous devez respecter un équipement obligatoire, tels que le port du casque, et un équipement rétro-réfléchissant et rouler avec les feux de position allumés la nuit.

Le port du casque est obligatoire en trottinette électrique ?

Depuis l’apparition de ces nouveaux engins, il y a eu de nombreux accidents de trottinettes électriques à Paris et dans d’autres grandes villes. Cependant, le casque n’est pas obligatoire en agglomération, aucune loi ne l’exige, mais il est fortement recommandé pour éviter un grave accident. La plupart des accidentés de la route sont touchés à la tête.

Code de la route EDPM : de nouvelles réglementations

Auparavant, les utilisateurs de trottinettes électriques, Monoroue, Gyropodes, etc. étaient considérés comme des piétons par le Code de la route. Aucun espace particulier n’était réservé, ils pouvaient circuler librement sur les trottoirs et ne dépendaient d’aucune catégorie.

Après plusieurs accidents mortels, la mise en évidence d’un flou juridique, le gouvernement à du intervenir pour réglementer l’utilisation des EDPM, engins de déplacement personnel motorisé. Ces nouveaux moyens de transport ont ainsi fait leur apparition dans le code de la route fin octobre 2019.

L’objectif est de diminuer les comportements abusifs et ainsi éviter les accidents de la route pouvant impliquer d’autres véhicules et des piétons.

Désormais, les conducteurs d'EDPM motorisés doivent respecter plusieurs règles :

• être âgés d'au moins 12 ans ;
• ne pas transporter un second passager ;
• casque audio interdit ;
• interdiction de circuler sur le trottoir (sauf si les maires l'autorisent) ;
• ne pas dépasser la vitesse maximale autorisée de 25 km/h.
• utiliser les pistes cyclables lorsqu'il y en a (possibilité éventuellement de circuler sur les routes en respectant la vitesse inférieure ou égale à 50 km/h) ;
• obligation de porter un vêtement ou équipement rétro-réfléchissant de nuit (gilet, brassard...) ;
• Stationnement autorisé sur un trottoir que si les EDPM ne gênent pas la circulation des piétons.

En juillet 2020, de nouvelles mesures ont été adoptées concernant les équipements obligatoires pour les utilisateurs, les trottinettes électriques doivent être homologuées et vous devez être assuré par une responsabilité civile.

Les équipements obligatoires pour circuler en trottinette électrique

À partir du 1er juillet 2020, les usagers de trottinette électrique doivent avoir sur leurs engins :

• un avertisseur sonore obligatoire ;
• un système de freinage obligatoire ;
• Des catadioptres arrière et latéraux obligatoires (dispositifs réfléchissants) ;
• Des feux de position avant et arrière obligatoires.

Code de la route trottinette électrique : quelles sanctions ?

Au vu du nombre croissant de ces véhicules, les trottinettes électriques, Monoroues, Gyropodes et autre, Hoverboards doivent respecter les règles strictes du nouveau Code de la route. Sans cela vous serez obligé de payer une amende de :

• 35 euros, en cas de non-respect des règles de circulation ;
• 35 euros, si vous prenez un passager supplémentaire ;
• 135 euros si vous roulez un trottoir non autorisé ;
• 1 500 euros, si vous dépassez la vitesse maximale autorisée de 25 km/h ;
• 35 euros, si vous ne portez pas un gilet ou un équipement rétro-réfléchissant la nuit ou si la visibilité est mauvaise.

Comment homologuer sa trottinette électrique ?

Désormais, l’utilisation de votre trottinette électrique est réglementée et strictement encadrée par le Code de la route. Par conséquent, vous devez vérifier que votre matériel soit homologué avant de circuler en trottinette électrique. Dans le cas contraire, vous serez verbalisé.

Si vous n’avez pas encore acheté votre trottinette, vérifiez que celle-ci dispose de la mention CE. Cela signifie qu’elle est fabriquée selon les normes de la zone européenne et vous pouvez ainsi l’utiliser sur le territoire français.

Demandez au vendeur si tous les tests de contrôles ont été réalisés, celui-ci doit vous donner un certificat de conformité communautaire trottinette électrique. Ensuite, les propriétaires de trottinettes électriques dépassant les 25 km/h doivent adresser une déclaration auprès du ministère de l’Intérieur afin d’obtenir un numéro d’immatriculation. Il s’agit d’une plaque comportant 6 chiffres. Celle-ci devra être clairement visible sur le véhicule.

Est-il obligatoire d'assurer une trottinette électrique ?

Oui, vous devez être assuré pour rouler en toute tranquillité. Les EDPM sont considérés par le code des assurances comme un véhicule terrestre au même titre qu’une voiture. Ainsi vous êtes obligé d’avoir au minimum une assurance à responsabilité civile pour être couvert contre les dommages que vous pourriez causer à une tierce personne en cas d’accident. Celle-ci est généralement incluse dans votre assurance multirisque habitation.

Nous vous recommandons fortement de souscrire une assurance individuelle pour couvrir les dommages corporels que vous pourriez subir en cas de chute ou d’accident de la circulation. Comparer les assurances trottinette électrique en ligne vous permettra de d’analyser les garanties des différents contrats. Sans oublier les options de garanties pour être assuré contre le vol ou les incendies.

Souscrire une assurance trottinette électrique plus de 25 km/h

Si votre véhicule dépasse les 25 km/h, il doit être impérativement assuré, comme pour une assurance voiture ou une assurance moto. Vous serez ainsi couvert pour les dommages corporels et matériels éventuellement causés aux tiers en cas d’accident. Plusieurs compagnies d’assurance proposent des assurances trottinettes électriques spécifiques aux EDPM (engins de déplacement personnel motorisé).

Quelle assurance pour circuler en Trottinette électrique ?

Votre contrat d’assurance habitation multirisque couvre votre trottinette électrique contre le risque d’incendie ou en cas de vol à votre domicile. En revanche, elle n’est pas garantie si on vous la vole sur votre lieu de travail ou à l’endroit où vous l’avez stationné. Une trottinette électrique est un investissement important, les prix se situent entre 400 € et 1500 € en moyenne en fonction des modèles et elles sont volées plus facilement qu’une moto ou une voiture.

Il est donc fortement conseillé de souscrire un contrat d’assurance dédiée aux trottinettes électriques qui pourra garantir une protection contre les risques suivants :

• le vol ;
• la perte ; • les dommages accidentels ;
• la casse ;
• la panne ;
• l’oxydation.

Nous vous rappelons que vous risquez une amende de 3 750 € en cas d’absence de contrat d’assurance. Si vous souhaitez circuler en trottinette électrique en toute quiétude, Vous pouvez opter pour la garantie du conducteur. Une option méconnue qui permet de prendre en charge les frais liés aux blessures ou au décès du conducteur, lorsque celui-ci est responsable de l'accident.