Tout savoir sur la conduite accompagnée !
Comparez les complémentaires santé.
Devis simple en moins de
5 minutes
Plus de 400 combinaisons différentes
Épargnez jusqu'à 480 € par an.
Partagez cet article :

Tout savoir sur la conduite accompagnée !

Publié par Aklys LECHAT, Le

Accessible dès 15 ans, la conduite accompagnée est une première expérience de conducteur, qui permet de se former, de passer le permis de façon anticipée et de réduire la période probatoire du jeune permis.

Il est bon de mentionner que sans conduite accompagnée, le taux de réussite au premier passage de l'examen du permis de conduire est de 57%. Ce pourcentage grimpe à 75% après avoir été apprenti conducteur. L'expérience est essentielle pour aider certains à prendre en confiance, et pour d'autres à calmer leur pied droit.

Plus précisément, on parle de conduite d'apprentissage anticipé de la conduite (AAC). L'AAC permet de passer le permis à 17 ans, afin de pouvoir conduire immédiatement le jour de la majorité. Il est également important de noter que la période probatoire, et les contraintes qui vont avec, se réduit à 2 ans (au lieu de trois). L'expérience acquise ainsi que la période probatoire réduite permettent d'accéder à des tarifs préférentiels auprès des assureurs, une économie non négligeable puisque les jeunes conducteurs font parties des populations à risque auprès des assureurs.

On la distingue de la conduite encadrée, qui s'adresse aux jeunes suivant une formation professionnelle, dès l'âge de 16 ans.

Pour des conducteurs débutant après 18 ans, il faudra se tourner vers la conduite supervisée.

Nul besoin de souscrire un nouveau contrat d'assurance, il vous suffit de joindre votre conseiller afin d'ajouter un avenant à votre contrat. Il n'y aura pas de charges supplémentaires, et l'apprenti conducteur bénéficie des mêmes garanties.

Si vous pensez payer trop cher votre assurance auto, vérifiez par vous-même !

La formation AAC

Comme la quasi-totalité des formations du conduite, la première étape est de passer le code la route. Une fois le code en poche, l'apprenti conducteur doit suivre une formation de 20h minimum en auto-école. La dernière heure se fera avec les parents (ou l'adulte accompagnant) dans la voiture. Cela permet de discuter avec le moniteur des points de progression, et du comportement à adopter en temps qu'accompagnateur. Une fois les heures d'auto-école terminée, l'apprenti conducteur est libre de circuler ! (En respectant les règles adaptées, bien sûr).

Pour valider la formation AAC, il est nécessaire de conduire un an minimum. De plus, l'apprenti conducteur doit parcourir plus de 3000km (Précision : vous devez noter vous-même le nombre de kilomètres parcourus, dans le livret d'apprentissage). Un suivi a lieu avec l'auto-école. Après 6 à 8 mois, ou 1000 kilomètres parcourus, une visite de contrôle a lieu avec le moniteur, afin de mesurer la progression de l'élève et de corriger d'éventuelles mauvaises habitudes. Une seconde visite est à prévoir au terme des 3000 kilomètres, qui permet au moniteur de déterminer si l'apprenti conducteur est prêt à passer l'examen du permis de conduire dès ses 17 ans et demi.

Qui peut accompagner ?

Pour être accompagnateur dans le cadre de l'AAC, il faut :

  • Un permis B d'au moins 5 ans, sans interruption,
  • Ne jamais avoir été condamné pour des faits délictuels. (Dont alcool au volant, délit de fuite, ...),
  • Être mentionné dans le contrat signé avec l'auto-école, avoir participé à la dernière heure de conduite (Evaluation),
  • Accord de son assureur.

L'accompagnateur n'est pas nécessairement un membre de la famille.

Un code de la route adapté pour la conduite accompagnée.

Comme durant la période probatoire, le jeune conducteur doit respecter des limitations de vitesse particulières. Sur la vitesse, premièrement :

  • Sur autoroute à 130km/h, la limitation est abaissée à 110km/h.
  • Au lieu de 110km/h, il doit rouler à 100km/h.
  • Sur les routes départementales, inutile d'essayer de se rappeler si le dernier panneau indiquait 80 ou 90, le jeune conducteur doit rouler à 80km/h.

Parmi les réglementations adaptées, il faut mentionner celles relatives à l'alcool. Si la limite pour un conducteur confirmé est de 0.5g/Litre de sang, soit une dose bar, la tolérance 0 est appliquée pour les jeunes. Légalement, le seuil à ne pas dépasser est de 0.2g/Litre de sang, mais il s'agit plus d'une marge d'erreur de mesure qu'autre chose. Pour rappel, 0.2g/Litre de sang = 0.1mg/Litre d'air expiré.

Infractions lors de la conduite accompagnée

Même si l'apprenti conducteur est celui derrière le volant, il faut bien comprendre que l'accompagnateur est la personne responsable. Il doit ainsi respecter les mêmes règles que lorsque qu'il conduit, sur l'alcool par exemple, et ne pourra malheureusement pas faire de sieste sur le chemin. Toute infraction commise par l'apprenti conducteur sera au nom de l'accompagnateur, incluant donc l'amende et le retrait de point.

Règles particulières de la conduite accompagnée

La conduite accompagnée présente tout de même quelques contraintes. Pour avoir accès aux avantages qu'elle procure, il y a plusieurs conditions à respecter. L'AAC est en effet plus encadré que la conduite supervisée. Tout d'abord, la conduite accompagnée (l'AAC) doit durer au minimum un an.

La conduite accompagnée ne peut se faire que sur le territoire national. Il est interdit de conduire à l'étranger.

Puisqu'un apprenti conducteur ne dispose pas du permis de conduire, il faut absolument conserver avec soi le livret d'apprentissage, un photocopie de l'avenant du contrat d'assurance, ainsi que la photocopie de la demande de permis le cas échéant. Seuls ces documents peuvent attester du statut d'apprenti conducteur en cas de contrôle de police. De plus, il est nécessaire de porter un autocollant "'conduite accompagnée" à l'arrière de la voiture. Il permet de prévenir les autres usagers que l'apprenti peut commettre des erreurs, et qu'il doit respecter certaines limitations sur autoroute et nationale.

La conduite encadrée (à partir de 16 ans)

La "conduite encadrée" désigne une conduite accompagnée dans le cadre d'une formation professionnelle, pour les jeunes de 16 à 18 ans. Elle se déroule durant les deux ans de formation du jeune, comme un cours à part entière. Le code de la route et la conduite sont inclus dans sa formation. Ce système lui permet d'obtenir son permis de conduire dès le jour de ses 18 ans, sous réserve d'obtenir son diplôme. Pour en bénéficier, il faut:

  • Avoir au moins 16 ans
  • Être dans une formation professionnelle de l'Etat
  • Avoir l'accord du chef d'établissement
  • Avoir eu un rendez-vous avec l'enseignant en charge de l'apprentissage de la conduite

Dans le cas où l'élève arrête sa formation, il perd tout bénéfice de la conduite encadrée. Comme pour l'AAC, l'apprenti conducteur doit pouvoir présenter certains documents aux forces de l'ordre; l'attestation de l'assureur (photocopie de l'avenant), ainsi qu'une attestation de son chef d'établissement.

La conduite supervisée (après 18 ans)

Cette variante de la conduite accompagnée s'adresse aux majeurs souhaitant acquérir de l'expérience avant de se présenter à l'examen du permis de conduire. Pour beaucoup, la conduite supervisée sert aussi à gagner en confiance après échoué à ce fameux examen.

De la même manière que l'AAC, le conducteur doit valider son code de la route ainsi que 20h minimum en auto-école.

Mais la conduite supervisée est moins contraignante sur les règles de la formation; il n'est pas ici question de kilométrage ou de durée définis. En contrepartie, la conduite supervisée ne permet pas de réduction de la période probatoire. Comme pour une formation classique au permis de conduire, le permis du jeune conducteur est crédité de 6 points, en gagnant les suivants au rythme de 2 par ans, soit une période probatoire de 3 ans (si aucune infraction n'est commise).

En résumé, la conduite supervisée permet un gain d'expérience, mais n'offre pas d'avantages particuliers, contrairement à l'AAC. Elle reste tout de même un excellent moyen de prendre confiance pour les personnes stressées à l'idée de rater un créneau.

Bonne route !


Articles complémentaires :

Publié par Aklys LECHAT, Le

Les voitures sans permis forment une niche du marché automobile. Lors de l’achat d’un véhicule sans permis neuf, beaucoup se questionnent sur le ratio prix/qualité. En effet, ces véhicules sont vendus relativement chers comparées aux voitures classiques, pour une utilisation limitée. Pourtant, les voitures sans permis s’avèrent très pratiques dans certains cas. De nombreux exemplaires […]

Lire l'article

Publié par Aklys LECHAT, Le

Lors de l’obtention du permis de conduire, le jeune conducteur observe durant plusieurs années une période probatoire. Plus précisément, 2 ans si il y a eu au moins 1 an de conduite accompagnée (AAC uniquement) et 3 ans dans les autres cas.  Compte tenu de la part importante de jeunes dans les accidents graves, des […]

Lire l'article

Publié par Aklys LECHAT, Le

Pour rouler en toute légalité sur les routes, les voitures ont besoin d’assurer leur véhicule auprès d’une compagnie d’assurance. Tout comme l’assurance moto, l’assurance habitation et les autres, l’assurance auto reste obligatoire. La cotisation à payer varie selon plusieurs facteurs et la compagnie. Mais qui n’a voulu payer qu’une petite somme ? Retrouvez les informations importantes […]

Lire l'article